Un vin historique renaît sur les terres de la SAMO

La SAMO mettra à disposition une parcelle de 700m2 afin de réimplanter des vignes à Couëron (44).

Plantation de vignes au Berligou à Couëron

Le Berligou est un quartier historique de Couëron, berceau des toutes premières constructions de la SAMO, mais également un vin très prisé des ducs de Bretagne qui va retrouver son terroir originel avec l’aide de la SAMO. Une convention a en effet été signée en février dernier entre la filiale du groupe SNI et l’association qui promeut ce cépage, officialisant la mise à disposition d’une parcelle de 700m2. 

Les premiers ceps de vigne ont été plantés avec les habitants du lotissement mi-décembre et il faudra désormais patienter trois ans pour déguster le vin produit sur cette parcelle.

Un vin historique menacé

En 1825, les Clos du Grand et Petit Berligou situés à la Chabossière contiennent encore 19 hectares de vignes mais le phylloxera, un puceron ravageur de la vigne, entraîne à partir de 1893 sa disparition du paysage viticole couëronnais.

Par ailleurs, le développement industriel conquérant de la Basse-Loire au cours de la seconde partie du XIXème siècle entraîne un afflux important d’ouvriers à Couëron et ses environs. Des solutions rapides doivent être trouvées pour les loger. C'est dans ce contexte que la SAMO voit le jour en 1919 et qu'elle participe à l'édification de la grande cité de la Chabossière en 1921, suivie peu de temps après par celle du Berligou.

Le terroir qui portait le Pinot Berligou va ainsi être grignoté progressivement. Depuis 2015, l'unique parcelle qui exploitait encore ce cépage n’étant plus en mesure d’assurer une production de qualité en quantité suffisante, la question d’une extension s’est posée. La mise à disposition d’une parcelle de 700m² permettra de maintenir la production de ce vin historique.

Souhaitons longue vie à ce partenariat insolite et symbolique !